Accompagner mon proche atteint de Maladie de Parkinson - Bluelinea, le magazine

Accompagner mon proche atteint de Maladie de Parkinson

9 janvier 2019
Actualités

LE CAS DE PAUL

Paul est âgé de 75 ans. Particulièrement fatigué et ressentant des douleurs mal localisées, il ne jardine plus beaucoup. Il a aussi constaté qu’il avait des difficultés à écrire, que sa main tremblait par moment et que ses bras et jambes se raidissaient, à certains moments plus qu’à d’autres. Ce qui l’a poussé à consulter un médecin. Les examens de santé ont révélé une maladie de Parkinson : Paul a du mal a effectuer des mouvements, qui sont ralentis, saccadés ou désordonnés parce qu’il est carencé en dopamine. Heureusement, il est aidé par une aide-soignante, Sandra, qui lui facilite la toilette et l’habillage. Mais ce matin, Paul a plus de difficultés que d’habitude. Sandra lui demande de « faire un effort, d’habitude vous y arrivez très bien. Et vous vous êtes encore blessé d’ailleurs, il va falloir soigner ces contusions ». Paul se sent découragé : bien sûr qu’il fait autant d’effort qu’il le peut !

Comprendre

Paul souffre de fluctuations motrices : par moment, il peut effectuer ses mouvements tout à fait normalement (ce sont les phases ON), à d’autres moments de la même journée il peut se trouver bloqué (phases OFF) : ce qui l’empêche d’effectuer les mêmes mouvements qu’il a pourtant pu réaliser plus tôt dans la journée. Et il a des phases où ses mouvements sont plus amples et désordonnés (phases DYS) : il gagne en mobilité mais se cogne, d’où les contusions.

Accompagner

Paul fait avec ce que son corps lui permet de faire au fil de la journée : il a donc besoin d’être compris. Par moment il peut faire, mais à d’autres, ces mêmes gestes sont bloqués ou très désordonnés. Sandra peut encourager Paul en valorisant systématiquement ce qu’il parvient à faire. Elle peut éviter le piège d’interpréter le visage figé de Paul comme un manque de motivation. Les muscles de son visages aussi sont figés par le déficit de dopamine. Il peut certes ressentir du découragement, surtout s’il se sent « sermonné ». Mais le fait de relever avec Paul toutes ces victoires le soutiendront et l’encourageront, de parler de choses et d’autres avec humour. Cela rendra le moment plus agréable pour chacun d’eux, et moins Paul est en stress, plus cela lui facilitera les mouvements, ce qui aidera Sandra aussi.

Il peut arriver que l’on soit maladroit dans nos échanges avec la personne malade : par méconnaissance, ou par découragement, tant la tâche est ardue. Il n’est jamais trop tard pour partir sur des bases communicationnelles plus adaptées et plus satisfaisantes pour chacun. En n’oubliant pas, si vous soutenez un proche malade, de vous octroyer des moments de répit bien nécessaires pour tenir au long cours.

Emilie Beaumier – Psychologue de la santé
Bluelinea est membre de la Silver Alliance

Notre marque est reconnue par Silver Alliance.

 

Vous cherchez des solutions pour profiter de votre temps, bien vivre chez vous, augmenter votre pouvoir d'achat, simplifier votre vie administrative, rendre votre logement plus confortable et veiller sur votre santé ? Rendez-vous sur Silver Alliance pour découvrir toutes les entreprises de confiance qui permettent aux personnes âgées de bien vivre à domicile : Bluelinea, Doro, Audika, O2, Citizen Mobility, etc.

 

Pour en savoir plus : www.silveralliance.fr

Masquer
Des questions ? Appelez-nous !
Vous souhaitez être rappelé(e) ?